Présentation

Hacker

Hacker de nature, je bidouille depuis une dizaine d’années les logiciels pour les façonner aux besoins des utilisateurs. Si vous ne connaissez pas encore le concept de « logiciel libre », vous en connaissez déjà un certain nombre : LibreOffice, Firefox, GIMP, Thunderbird, Ubuntu, Linux, Android, et vous en utilisez encore plus sans le savoir : la majeure partie d’Internet fonctionne grâce aux logiciels libres. Leur point commun est que leur code source (la façon dont ils sont fabriqués) est disponible pour les utilisateurs au lieu de leur être caché ; cela peut sembler anodin au non-informaticien mais change fondamentalement la donne par rapport aux logiciels propriétaires : des communautés de développeurs et d’utilisateurs peuvent se créer pour améliorer ces logiciels, qui sont généralement gratuits. De fait il y a des logiciels libres dans tous les domaines, leur sécurité est généralement meilleure, les utilisateurs peuvent trouver plus facilement de l’aide, les développements spécifiques peuvent être demandés par un groupe d’utilisateurs et bénéficier à tout le monde, etc. Pour résumer, le partage est générateur de bien plus de richesses pour tout le monde que la fermeture.

 

MediaWiki

À côté de cela, j’ai contribué à Wikipédia pendant plusieurs années. Wikipédia suit la même philosophie de partage et d’ouverture dans l’intérêt de tous. Intéressé par les questions techniques, je suis le développement de MediaWiki, le logiciel sous-jacent à Wikipédia, et contribue (un peu) à son amélioration : création de deux extensions, aide technique aux utilisateurs, rapport et résolution de bugs, amélioration et traduction de la documentation. Je connais donc bien MediaWiki, sa communauté et ses processus de développement, et je peux proposer cette expertise aux entreprises qui l’utilisent ou veulent l’utiliser, puisque MediaWiki est désormais utilisé par certaines entreprises en interne pour gérer leur base de connaissances interne.

 

Numérique

Intéressé par les questions sociétales voire philosophiques dans notre rapport au numérique, je m’intéresse aux questions d’utilisabilité des logiciels. Sous-jacent à l’utilisabilité se trouvent les questions de tests utilisateur, de qualité logicielle, de sécurité, de documentation et de support des logiciels. Autrement dit, le processus de développement des logiciels est aussi important que le logiciel lui-même. De ce point de vue, les processus de développement des logiciels libres sont le terreau idéal pour faire de bons logiciels. Après avoir créé quelques petits logiciels et briques logicielles, je m’attele désormais à faire des logiciels plus complets, et en particulier des applications Web, technologie permettant d’unifier les développements sur les différentes plate-formes actuelles (Mac, Windows, Linux, smartphones, tablettes). Bien sûr en logiciel libre. J’ai quelques idées de projets, dont une que je compte développer avec un financement participatif, un mode de financement qui s’adapte bien à la philosophie des logiciels libres.

 

Local

Il n’y a pas une communauté du logiciel libre, il y en a autant que de logiciels libres, et même plus. En ce sens, la localité numérique est bien présente. De façon similaire, la localité géographique reprend aujourd’hui une plus grande place : nourriture locale, économie locale, démocratie locale, etc. Tout en étant dans un monde hyperconnecté qui s’intéresse également à la politique, à l’environnement et à l’économie mondiales. Je peux également apporter ma petite pierre à cette dualité local-global en proposant à des entreprises locales (autour de Rennes) de les accompagner dans la création d’un site Web.